mar. Déc 10th, 2019
arcserve - mick bradley

La protection des données : l’enjeu majeur en 2020

Une exclusivité Cyberexperts.tech

Par Mick Bradley, VP EMEA, Arcserve

Chaque année, les entreprises sont confrontées à des nouveaux défis techniques, de la numérisation à la digitalisation en passant par les réseaux sociaux, tous promettaient d’impacter leurs revenus. Si jamais aucun n’avait menacé l’existence même d’une entreprise – les loueurs de voitures vous demandent encore de remplir environ 8 formulaires papier – c’est maintenant chose faite. En 2020, une cyberattaque pourra menacer l’existence même de votre entreprise.

 

On a tous reçu cet étrange email d’une personne qui nous demande de lui envoyer de l’argent en toute confidentialité et rares sont ceux qui n’ont pas su remarquer l’arnaque. Mais ce serait une erreur de croire toutes les cyberattaques inoffensives et d’imaginer que les paralysies de système qui suivent une cyberattaque relèvent de la science-fiction, surtout en entreprise. En 2018, pour 60% des petites et moyennes entreprises, une cyberattaque signifiait la faillite dans les 6 mois

Il est cependant de plus en plus difficile pour les entreprises d’assurer la sécurité des données. C’est en tout cas ce qu’avancent 64% des décideurs informatiques. Selon eux, la protection de données critiques est devenue plus difficile au cours des cinq dernières années, et ce, malgré les avancées technologiques réalisées en la matière. En parallèle, en 2019, 66 % des petites et moyennes entreprises étaient victimes d’une cyberattaque

En 2020, il sera primordial de disposer de solutions adéquates pour protéger ses données et celles de ses clients. 

 

Garantir à ses clients une protection ultime

Aujourd’hui, les entreprises n’ont que l’embarras du choix pour sélectionner une solution de protection des données. Mais la réalité est plus compliquée et les meilleurs logiciels ne peuvent offrir un risque nul, surtout quand on sait que nombre de cyberattaques sont rendues possibles au travers d’employées mal informées, ou parfois même de clients. D’où la nécessité de s’organiser afin d’offrir à ses clients une garantie zéro perte de données.

Face à la multitude de risques, elles doivent impérativement s’adresser au bon fournisseur, autrement dit à celui qui possède une solide expérience et qui est en mesure de lui apporter une solution clé en main, parfaitement adaptée à ses infrastructures. Il convient en outre de choisir une solution capable d’assurer la récupération des données sensibles. 

Naturellement, en marge de l’installation d’une solide protection, chaque entreprise devra prendre soin de créer plusieurs niveaux de données. Un « classement » qui permet de savoir précisément où se trouve tel ou tel type de données, selon leur niveau d’importance, mais aussi de quelle manière elles ont été stockées. Cette ligne de conduite vaut notamment pour les données qui contiennent des informations personnelles identifiables. 

 

L’impact économique d’une mauvaise protection des données

Si toutes les cyberattaques ne se finissent pas par une faillite, les dommages n’en sont pas pour autant inexistants. 

Au-delà de leur réputation, qui peut profondément pâtir d’une mauvaise gestion des données, les entreprises doivent également considérer le coût économique d’une violation de données engendrée par une mauvaise gestion et/ou protection des informations. En cas de non-conformité, on a déjà vu une amende RGPD atteindre la somme astronomique de 20 millions d’euros ! Si les amendes sont élevées pour les grandes multinationales comme Facebook ou Alphyr, elles peuvent aussi coûter très cher aux petites et moyennes entreprises. Sergic, une plateforme immobilière a ainsi été condamnée à 400 000 euros d’amende pour une faille de sécurité majeure et délais de conservation excessifs pour des données confidentielles. En outre, les conséquences liées à une perte de données peuvent avoir un impact négatif à tous niveaux au sein de l’entreprise (vente, marketing, développement commercial…), et pas uniquement au pôle IT.

En 2018, le français Altran, touchée par un malware qui a paralysé 400 de ses serveurs, avait payé l’équivalent d’un million d’euros en bitcoin pour un coût total de l’incident évalué à 20 millions d’euros. On comprend la nécessité d’investir dans des solutions capables de garantir à la fois une totale sécurité des données sensibles et une reprise quasi immédiate de l’activité après une attaque.

 

En 2020 on se prépare et se protège !  

Le grand public est de plus en plus sensible à la question de la sécurité des données. Les individus craignent notamment les incidents de grande envergure, et n’hésitent pas à rompre tout lien avec une entreprise qu’ils estiment indigne de leur confiance. Dès lors, on comprend aisément en quoi une perte ou une fuite de données peut gravement nuire à la réputation d’une entreprise. 

C’est un fait, en matière de protection des données, les enjeux sont d’autant plus importants que les menaces liées à leur confidentialité augmentent. Les clients s’attendent à ce que leurs données soient parfaitement protégées. Personne ne pourrait leur reprocher cette exigence bien légitime. Aussi pour exister, pour prospérer dans le paysage commercial actuel ultra-concurrentiel, il paraît inconcevable pour une entreprise de ne pas s’équiper d’une solution conçue pour protéger au mieux les données. Cette mesure devrait même figurer au tableau de ses priorités.

%d blogueurs aiment cette page :