ven. Nov 22nd, 2019
urban gaming - anne sophie anot

Lutter contre la corruption : et si la gamification était une clé

Par Anne-Sophie ANOT, Marketing & Communication Director chez Urban Gaming

Plus que jamais, les sujets liés à l’éthique et à l’intégrité se positionnent comme des notions centrales au sein des entreprises. Cette forte évolution s’explique en partie par le renforcement des lois anticorruption qui ont profondément changé la donne et fait émerger de nouveaux réflexes au sein des équipes de direction. En effet, ne rien faire pour lutter contre la corruption n’est plus une option acceptable et peut fortement mettre en danger l’entreprise.

 

Mais qu’entend-on par corruption et qui est concerné ?

Le problème de la corruption est lié à ces nombreux visages et aux nouvelles formes qu’elle peut revêtir. La corruption n’est en fait pas uniquement matérialisée par des paiements illicites, mais peut être également liée à la falsification de documents, à la tromperie… Bref, elle est polyforme et ne touche plus uniquement que quelques personnes en entreprise. Ce point est également assez nouveau et doit être pris en compte. En ce sens, la culture anticorruption doit être diffusée au plus grand nombre et pas uniquement cantonnée à l’équipe de direction. Tout le monde doit être acteur de la lutte anticorruption.

 

Comment mener une telle mission dans l’entreprise

C’est ici que le sujet se complexifie. Mettre en place une culture anticorruption dans l’entreprise ne se décrète pas et nécessite de faire passer en continu les bons messages aux équipes pour que les collaborateurs puissent être alertés par telle ou telle pratique suspecte. Au-delà du bon sens, la lutte contre la corruption passe donc par un volet sensibilisation important. Mais traiter un sujet aussi complexe ne doit pas se faire à la légère et le choix du format de sensibilisation est important. On note également qu’il doit s’adapter au plus grand nombre et donc avoir une approche la plus ludique possible pour ancrer durablement les bons messages auprès des collaborateurs.

 

Privilégier une approche la plus participative et interactive

Comme nous l’avons dit, la corruption peut avoir plusieurs formes et nécessite d’être expliquée dans son ensemble. En ce sens, force est de constater que des formats interactifs et participatifs semblent tout indiqués pour réussir son projet. C’est ici que de nouveaux vecteurs comme la gamification semblent se diffuser à grande échelle. Mais comment expliquer cette tendance au-delà de l’effet de mode ? La réponse est assez simple, la gamification est une approche collective qui permet de créer un lien entre les uns et les autres et de les faire collaborer pour réussir un objectif commun. Cette approche moins académique que des formations traditionnelles bénéficie donc d’une côte de sympathie certaine vis-à-vis des collaborateurs.

 

Approche collective et participative, sensibilisation par le jeu et élaboration de tous les scénarios possibles sur le sujet de la corruption sont donc les principaux points qui permettent de sensibiliser à grande échelle ses équipes.

%d blogueurs aiment cette page :