Première édition de l’indice mondial de la santé commerciale de Tradeshift : l’activité commerciale mondiale chute de 14,8% au deuxième trimestre

Le commerce mondial a chuté de 14,8% au deuxième trimestre 2020 selon les dernières données de Tradeshift. L’indice mondial de la santé commerciale de Tradeshift, dont les résultats complets sont publiés aujourd’hui, utilise l’analyse des données des transactions interentreprises pour présenter l’activité commerciale dans les chaînes d’approvisionnement mondiales. Plus de 1,5 million d’acheteurs et de fournisseurs utilisent Tradeshift pour passer des commandes et traiter leurs factures, et plus de 500 milliards de dollars de transactions sont réalisés sur sa plateforme chaque année.

Selon le rapport, le Royaume-Uni a connu la plus forte baisse des échanges commerciaux entre les économies occidentales au cours du deuxième trimestre, avec des volumes de transactions en baisse de 23,1%. Les volumes de transactions dans la zone euro ont baissé de 21,9%, tandis que l’activité aux États-Unis a baissé de 16,1%. La Chine, qui a connu l’impact le plus important au premier trimestre, a vu son activité commerciale augmenter de 31,8% au deuxième trimestre. 

Les volumes de transactions en Chine ont bondi à 430% lors de la réouverture des usines fin février. L’activité a encore augmenté de 14% alors que les restrictions de verrouillage ont commencé à s’atténuer en avril, mais cet élan a commencé à plafonner. Les transactions hebdomadaires moyennes en Chine ont chuté de 8% depuis la semaine du 15 juin, et aussi impressionnant que le rebond du pays ait été, l’activité commerciale au cours des deux dernières semaines de juin est restée  inférieure de 22% aux niveaux observés par Tradeshift sur sa plate-forme au dernier trimestre de 2019.

“Le rebond de la Chine fournit un indicateur précieux sur la manière dont la reprise pourrait se profiler alors que d’autres pays commencent à maîtriser la propagation du virus”, a déclaré Christian Lanng, PDG de Tradeshift. «Un large marché intérieur donne à la Chine certains avantages en termes de rapidité pour sa reprise. Mais la nature interconnectée des chaînes d’approvisionnement mondiales signifie que même la Chine ne peut pas se satisfaire d’une simple croissance sur son marché domestique. L’ensemble de l’écosystème doit être relancé. Pour l’instant, ce n’est pas le cas. »

Pour les économies occidentales, quelques signes de reprise ont commencé à émerger. Après des périodes de creux en avril et mai, les volumes de commandes ont commencé à augmenter au cours du mois dernier. La zone euro a le plus bénéficié d’un «rebond post-lockdown», le nombre de commandes augmentant de 24% en juin par rapport aux creux d’avril.Les volumes de commandes aux États-Unis et au Royaume-Uni ont également commencé à augmenter depuis la fin du mois de mai, mais la flambée de l’activité a été beaucoup moins prononcée.

Et si les volumes de commandes sont à la hausse, les paiements aux fournisseurs ne suivent pas le rythme de la reprise. Les volumes de factures dans l’UE, au Royaume-Uni et aux États-Unis ont chuté de 19% dans leur ensemble au deuxième trimestre et, bien que l’activité reprenne à l’approche du troisième trimestre, elle le fait lentement. Étant donné que de nombreux fournisseurs manquent de liquidités après une longue période d’inactivité, le manque de fonds de roulement circulant dans les chaînes d’approvisionnement pourrait bien empêcher ces fournisseurs d’exécuter les commandes, freinant la reprise.

Quelques grands indicateurs :

·         L’activité commerciale mondiale a reculé de 14,8% au T2 par rapport au trimestre précédent.

·         La baisse des échanges a été la plus prononcée au Royaume-Uni. Les volumes de transactions au Q2 étaient de -23,1% contre Q1

·         Les volumes de transactions dans les économies occidentales ont le plus baissé en avril. Dans la zone euro, l’activité est tombée à -44,5

·         Des signes de reprise émergent, en particulier dans la zone euro où les volumes de transactions en juin étaient 38% plus élevés qu’en avril. Aux États-Unis, l’activité est en hausse de 34% sur la même période.

·         La reprise au Royaume-Uni est moins prononcée que sur les autres marchés. L’activité en juin n’était que de 14% plus élevée qu’en avril.

·         Dans tous les secteurs industriels, ce sont les détaillants qui ont le plus souffert. Les volumes de transactions sont en baisse.